Le hockey contre l’éducation : Les Canadiens ont toujours du mal à établir un juste équilibre entre les deux cet hiver

Un parent sur quatre  dit que quelqu’un qu’ils connaissent ou lui-même regrette d’avoir dépensé tant d’argent pour des activités parascolaires

Toronto, ON (le 17 novembre 2014) – Bien que plus de deux tiers (69 pour cent) des parents estiment que chaque enfant devrait apprendre à jouer au hockey comme c’est un aspect important de grandir Canadien, un parent sur quatre dit que quelqu’un qu’il connaît ou lui-même regrette d’avoir dépensé tant d’argent, surtout que bon nombre d’entre eux utilisent des fonds qu’ils n’ont pas pour que leurs enfants puissent continuer à s’entraîner sur la glace.

Les résultats du deuxième sondage annuel de l’initiative Au-delà de la line Blue effectué par Léger pour Consultants C.S.T. inc., l’un des plus importants fournisseurs de REEE au Canada, font écho aux constatations de 2013 et brossent un tableau inquiétant des dettes contractées par les parents :

  • Trente-six pour cent des parents disent que quelqu’un qu’ils connaissent ou eux-mêmes ont emprunté de l’argent (carte de crédit, ligne de crédit, emprunt personnel ou familial) pour permettre à un enfant de participer à une activité parascolaire comme le hockey
     
  • Vingt-quatre pour cent disent que quelqu’un qu’ils connaissent ou eux-mêmes reportent leur retraite ou utilisent leurs fonds de retraite pour permettre à un enfant de participer à une activité parascolaire comme le hockey

Ces décisions sont prises à un moment où les niveaux de dettes des ménages approchent des sommets inégalés et où les Canadiens doivent plus de 1,63 $ pour chaque dollar de revenu disponible1. Près de la moitié (49 pour cent) des parents ont personnellement des difficultés à équilibrer le coût des activités parascolaires et l’épargne-études ou bien ils connaissent quelqu’un dans cette situation, et le même pourcentage d’entre eux disent que quelqu’un qu’ils connaissent ou eux-mêmes se voient forcés de retirer leurs enfants du hockey à cause des frais qui y sont associés.

« Alors que les frais de scolarité universitaires moyens pour des études de premier cycle sont passés à 5 959 $ en 2014/20151 et que certaines familles dépensent  autant que 10 000 $ par an pour le hockey2, il n’est pas étonnant que les parents aient du mal à gérer à la fois le coût du hockey et celui de l’éducation postsecondaire, dit Peter Lewis, vice-président, Consultants C.S.T. inc. « Nombre de familles pensent qu’elles doivent choisir l’un ou l’autre, mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. En ouvrant un REEE pour votre enfant, vous pouvez mettre des fonds de côté petit à petit et tirer également parti de la subvention gouvernementale qui est égale à 20 pour cent des premiers 2 500 $ que vous cotisez annuellement 1.  Quels que soient le coût du hockey, c’est une chose que votre famille devrait faire. »

Le sondage indique que 63 pour cent des Canadiens de 18 ans et plus estiment qu’il est important pour les parents d’épargner en vue des études postsecondaires de leurs enfants avant de dépenser de l’argent pour le hockey. En réalité, presque la moitié des parents (46 pour cent) disent que quelqu’un qu’ils connaissent ou eux-mêmes ont plutôt investi leurs dollars précieux dans des activités parascolaires comme le hockey.

« C’est facile de se laisser engrener dans la routine quotidienne et d’oublier ses objectifs d’épargne, dit Peter Lewis. Consacrez un peu de temps tous les mois à revoir votre stratégie à long terme. Où imaginez-vous que votre enfant sera dans 15 à 20 ans d’ici? Que faites-vous pour l’aider à y parvenir? Si vous ne pensez pas qu’il deviendra un joueur de hockey professionnel, c’est le moment de réévaluer vos priorités. En tant que parent, je sais que vous ne regretterez jamais d’avoir investi dans les études postsecondaires de votre enfant. »

Pour obtenir les résultats complets du sondage, des conseils pour équilibrer le coût du hockey et ceux de l’éducation ainsi que les points de vue des Canadiens eux-mêmes, visitez le site www.audeladelaligneblue.ca.

Le sondage Léger incluant 1 520 Canadiens de 18 ans et plus (avec une taille de l’échantillon de 441 parents ayant des enfants de moins de 18 ans) a été effectué entre les 3 et 6 novembre en utilisant le portail en ligne de Léger, Leger Web. Un échantillon de probabilité de la même taille devrait fournir une marge d’erreur de +/- 2,5 %, 19 fois sur 20.

À propos de CST

La Fondation fiduciaire canadienne de bourses d’études est un organisme à but non lucratif qui aide des familles à épargner en vue des études postsecondaires depuis plus de 50 ans. En qualité de filiale en propriété exclusive de la Fondation, Consultants C.S.T. inc. (CST) est le distributeur et le gestionnaire de fonds d’investissement des régimes du Plan fiduciaire canadien de bourses d’études (Plan CST). Se concentrant en exclusivité sur la croissance et la protection des épargnes de ses titulaires de régime, CST gère actuellement des actifs totalisant 4 milliards de dollars pour plus de 280 familles canadiennes. La force de vente de CST a un effectif de 590 représentants d’un bout à l’autre du pays.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les REEE du Plan CST, visitez le site www.cst.org, suivez-nous dans Twitter à @CSTConsultants et aimez-nous dans Facebook.

Personne-ressource pour les médias

Edyta McKay

647-242-5433

[email protected]

Erin MacFarlane

416-602-4849
[email protected]