La publication des tout derniers frais de scolarité universitaires par Statistique Canada montre aux parents la nécessité de planifier à l’avance

CST, l’une des plus importantes sociétés de REEE au Canada, offre cinq conseils utiles

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Toronto (Ontario) – le 17 septembre 2016 – Les parents qui économisent dans un régime enregistré d’épargne-études (REEE) pour leur enfant ne devraient pas s’inquiéter de ces dernières données sur les frais de scolarité provenant de Statistique Canada, pas s’ils planifient à l’avance.

« Les chiffres publiés par Statistique Canada aujourd’hui ne devraient pas surprendre ceux qui ont suivi la hausse de ces frais au cours des 15 dernières années », dit Peter Lewis, vice-président chez Consultants C.S.T. inc. et la Fondation fiduciaire canadienne de bourses d’études, l’un des plus importants fournisseurs de REEE au Canada.

Le taux d’augmentation annuel des frais est resté stable entre 3 et 4 pour cent au cours des cinq dernières années. Mais, si l’on prend en considération un taux d’inflation annuel d’environ 1,5 pour cent (IPC Canada), le taux d’augmentation réel des frais se situe de façon réaliste à 2 pour cent après l’inflation.

« Les données de cette année indiquent une augmentation de 2,8 pour cent des frais de scolarité pour des études à plein temps dans un programme de premier cycle. Donc, après l’inflation, ce taux se rapproche plus d’une augmentation de 1,3 pour cent cette année, dit M. Lewis. Comme ces chiffres sont demeurés stables, les parents peuvent en fait facilement planifier en vue de cette augmentation. »

Voici quelques conseils utiles pour aider les parents à se préparer

  1. Commencez à épargner de bonne heure pour les études collégiales ou postsecondaires de votre enfant. Le plus tôt vous commencerez à épargner pour les études de votre enfant, le plus vos épargnes pourront bénéficier de l’effet de la capitalisation. Si vous commencez à investir 210 $ par mois pour votre nouveau-né, son REEE pourrait valoir près 30 000 $ de plus que si vous aviez démarré lorsqu’il avait cinq ans.
  2. Investissez dans un REEE plutôt que dans d’autres moyens de placement. Un REEE est un moyen d’investir à l’abri de l’impôt pour l’éducation de votre enfant et permet aux parents de tirer parti de fonds gratuits offerts par le gouvernement par l’entremise de la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) et du Bon d’études canadien (BEC). Si votre enfant est un résident canadien âgé de moins de 17 ans, il est admissible à la SCEE qui est égale à 20 pour cent des premiers 2 500 $ que vous cotisez au REEE de votre enfant chaque année, jusqu’à concurrence de 7 200 $ à vie. Vous pouvez faire demande de plusieurs autres subventions provinciales selon votre province de résidence et votre admissibilité.
  3. Discutez avec votre enfant de ses projets en matière d’études postsecondaires et établissez un budget en conséquence. Parlez régulièrement avec votre enfant de ce qu’il veut faire quand il sera grand et de ce que cela demandera. Cela inclut les cours et les grades dont il aura besoin ainsi que le coût de ces études. Partagez la responsabilité de ces décisions et suivez les progrès que vous accomplissez ensemble. Jetez un coup d’œil sur ces carrières intéressantes de l’avenir pour animer la conversation.
  4. Ne misez pas sur les prêts aux étudiants pour votre enfant. Si vous empruntez un montant égal à la valeur de votre REEE, vos paiements de remboursement pour le prêt étudiant pourraient excéder les cotisations à votre REEE. Emprunter ne vous coûtera pas seulement plus cher à long terme, mais cela signifiera aussi que votre enfant assumera le poids de la dette.
  5. Tirez parti des crédits d’impôt et des prestations pour la garde d’enfants. Les avantages et crédits fédéraux sont là; utilisez-les. À partir du moment où vous rentrez chez vous avec votre petit ange, jusqu’à ce qu’il soit prêt à aller à l’université, le gouvernement peut vous aider à financer le coût de ses études si vous économisez judicieusement.

Pour l’étudiant moyen bénéficiaire d’un REEE, les tout derniers montants des frais de scolarité ne devraient pas être inquiétants. Selon Emploi et Développement social Canada, le montant moyen qu’un étudiant prélève d’un REEE se chiffrait 8 025 $ en 2014. Cela suffit pour payer les frais de scolarité listés dans plus récentes données de Statistique Canada.

Pour obtenir de plus amples renseignements ou prendre rendez-vous avec Peter Lewis et/ou avec une famille de votre région, veuillez communiquer avec :

Edyta McKay – directrice, Communications de la société
Consultants C.S.T. inc.
Bureau – 416 445-7377, poste 303 Mobile – 416 276-5001
[email protected]

Jennifer Palisoc – spécialiste, Communications et médias sociaux
Consultants C.S.T. inc.
Bureau – 416 445-7377, poste 252 Mobile – 416 602-2849
[email protected]