Pourquoi épargner dans un REEE

Comprendre les faits

Renseignez-vous sur l’importance croissante de l’enseignement supérieur, sur l’augmentation du coût des études postsecondaires et sur la façon dont un REEE peut vous aider à gérer ces frais. Plus vous serez informé, plus vos décisions seront judicieuses.

Fait : Une éducation postsecondaire est essentielle à la réussite.

Les chiffres sont éloquents. Plus que jamais, le marché du travail exige des diplômes de cycles supérieurs et des compétences spécialisées acquises par l’entremise de l’enseignement supérieur. Parallèlement, le coût des études continue de monter en flèche.

  • 80% des 25 meilleurs emplois au Canada exigeaient un diplôme universitaire en 2016.1
  • Trois nouveaux emplois sur quatre exigent une formation postsecondaire.2

Fait : Vous pourriez avoir près de 157 000 $ à verser pour envoyer votre enfant à l’université d’ici 2035.

La présente illustration montre que, pour envoyer votre enfant à l’université d’ici 2035, vous aurez à peu près 88 000 $ à verser en frais de scolarité (en vivant à la maison), et presque le double de cela pour la chambre et pension (en vivant ailleurs qu'à la maison), pour un programme universitaire de quatre ans.

Fait : Vous pouvez éviter l’endettement.

Comme toute autre dépense importante, les études postsecondaires peuvent être financées en utilisant des épargnes ou en ayant recours à l’emprunt. Voyant le coût des études augmenter chaque année, les jeunes parents se demandent souvent quelle décision prendre – épargner ou emprunter? Quelques simples projections suffisent pour clarifier le meilleur choix. Non seulement l’emprunt est plus coûteux à long terme, mais il met aussi le poids de la dette sur les épaules de votre enfant. La présente illustration montre comment une cotisation de juste 210 $ par mois pendant 17 ans peut résulter en une épargne considérable qui réduit le besoin d’avoir recours à un prêt étudiant.

Fait : Commencer tôt à épargner est dans votre meilleur intérêt.

Plus vous commencez tôt à épargner en vue des études de votre enfant, plus vos épargnes bénéficient du potentiel de la capitalisation. Constatez l’effet que juste cinq années de plus auront dans l’illustration. Ces projections sont fondées sur une cotisation de 210 $ par mois, en commençant à des périodes différentes. Vous pouvez voir comment le revenu fructifie au fil du temps sur votre cotisation et sur les subventions gouvernementales. La bonne nouvelle est que vous pouvez ouvrir un REEE du Plan CST pour moins de 10,00 $ par mois4, dans lequel votre argent pourra commencer à fructifier libre d’impôt.

Fait : Vous pouvez obtenir 7 200 $ ou plus en subventions gouvernementales pour le REEE de votre enfant.

Vous pouvez améliorer votre stratégie d’épargne-études disciplinée en tirant parti des subventions gouvernementales. Le plus tôt vous ouvrez un régime enregistré d’épargne-études (REEE) pour votre enfant, le plus tôt le gouvernement canadien vous récompensera d’avoir été prévoyant.

TYPE DE SUBVENTION EXPLICATION
Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) Tout le monde est admissible à la SCEE de base qui est égale à 20 % des premiers 2 500 $ que vous cotisez au REEE de votre enfant chaque année, jusqu’à concurrence de 7 200 $ à vie.
SCEE supplémentaire* Si le revenu annuel de votre famille est inférieur à 91 831 $, votre enfant pourrait avoir droit à une subvention additionnelle sur les premiers 500 $ que vous cotisez à son REEE chaque année. Cette subvention de 10 % ou 20 % de plus s’intitule la SCEE supplémentaire.
Bon d’études canadien (BEC)* Les familles à revenu plus faible peuvent recevoir 500 $ la première année et 100 $ de plus par an lors de chaque année où elles seront admissibles jusqu’à ce que leur enfant ait 15 ans – cela pourrait représenter 2 000 $ de plus en subventions envers le REEE de leur enfant.

* Sous réserve des directives gouvernementales